Quand voir les aurores polaires ?

La terre peut recevoir à n'importe quel moment de la journée les vents solaires. Si on omet que, contraints par le champ magnétique de la terre ces vents solaires redescendent majoritairement du côté opposé au soleil (zone de nuit sur terre), les aurores pourraient donc avoir lieu en journée. Sauf que, ce phénomène lumineux l'est faiblement. Il n'est donc visible que de nuit, voire à la fin du coucher du soleil.

Voici différents critères que vous pouvez prendre en compte pour choisir votre période de voyage :

Hiver ou été ?

Il est possible de voir des aurores tout au fil de l'année, mais pas n'importe où. Durant l'été, il n'est pas possible d'en voir dans l'hémisphère nord à cause du soleil de minuit (voir page dédiée ″Au dessus du cercle arctique : la nuit polaire / le soleil de minuit″) : le soleil ne se couche pas, le ciel est toujours éclairé. Il faudra donc aller au sud de la Nouvelle Zélande, où les aurores sont en revanche beaucoup plus rares, ou en Antarctique.
A l'inverse, c'est en automne et en hiver que l'on peut observer les aurores dans l'hémisphère nord. Au delà du cercle polaire arctique, le nuit est de nouveau assez présente pour observer des aurores à partir de début septembre (mais les nuits sont encore assez courtes). Toujours dans l'hémisphère nord, la période d'observation des aurores s'arrête fin mars/début avril (les nuits sont très courtes, puis disparaissent totalement).

A quel moment de la journée ?

Dans le nord, c'est entre fin août (ou mi-septembre au dessus du cercle polaire) et fin mars que les nuits sont suffisamment longues et sombres. Plus le solstice d'hiver (21 décembre) se rapproche, plus les nuits s'allongent et le soleil se couche tôt, et inversement passé le 21 décembre. L'hiver, passé le cercle polaire, le soleil ne se lève plus pendant plusieurs semaines.

Tout au nord de la Norvège, à Cap Nord (voir la page dédiée sur le site), le soleil ne se lève pas pendant presque 3 mois : 1 mois et demi avant le 21 décembre puis 1 mois et demi après. Une légère luminosité est présente au sud dans le ciel entre 9h et 13h30. Le reste du temps, il fait complètement nuit. Plus on redescend vers le cercle polaire arctique plus cette période sans soleil se raccourcit.

La phase de la journée où l'on peut en voir est en fait le moment où votre position sur terre (qui tourne sur elle même) se présente sous la "fenêtre" de descente des vents solaires sur terre. Cette période est en général entre 20h et 1h du matin. Il se peut, lorsque l'activité aurorale est forte, que ça démarre plus tôt, et il arrive que cela continue durant la nuit. Durant l'exceptionnelle nuit du 17 au 18 mars 2015, nous en avons vu (très faibles) jusqu'aux premiers rayons de soleil vers 6h du matin. Le 31 janvier 2016, nous en avons vu une à 16h45 à Cap Nord, c'était la première fois que nous en ayons vu une aussi tôt dans la journée. En mars 2018, durant plusieurs nuits de suite, le spectacle a continué jusqu'à l'arrivée du jour (vers 4h30 / 5h).

Nous vous déconseillons d'organiser votre séjour après la 3e semaine de mars. La nuit tombera tard, surtout lorsque le passage à l'heure d'été s'effectue : nuit suffisamment sombre qu'à partir de 22h30 / 23h fin mars, puis de plus en plus tard, jusqu'à assez rapidement, ne plus avoir de nuit du tout (à partir de mi avril - à cause du soleil de minuit autour du 21 juin).

Présence de la lune dans le ciel

Un autre critère que vous pouvez prendre en compte pour choisir votre période de voyage est la présence ou non de la lune dans le ciel. En effet, bien brillante, elle peut gêner la vision des aurores les plus faibles, à l'oeil nu ou en photo. Au contraire, vous aurez peut-être envie de voir les paysages blancs de neige visibles de nuit, pour les photographier ou vous balader de nuit. A vous de choisir... Nous, nous partons à chaque fois à cheval sur 2 périodes de lune pour profiter de 10 jours de ciel bien sombre, ce qui nous permet de bien voir et photographier le ciel étoilé ainsi que les aurores de faible intensité.

Pour vous aider, je vous ai créé un tableau indiquant la présence de la lune pour un point d'observation placé entre le cercle polaire arctique et Cap Nord. Ce tableau prend en compte les phases lunaires (pleine lune, nouvelle, etc.), sa présence dans le ciel entre 20h et 1h (moyenne) ainsi que sa hauteur dans le ciel. N'oubliez pas que en zone polaire, l'été il ne fait jamais nuit (période du "soleil de minuit), et qu'à partir de fin mars le couché de soleil est tard et que les nuits sont déjà très courtes - voir la page ″Au dessus du cercle arctique : la nuit polaire / le soleil de minuit″).

Présence et luminosité de la lune dans le ciel entre 20h et 0h, hiver 2020-2021

Présence et luminosité de la lune dans le ciel entre 20h et 0h, hiver 2020-2021

Présence et luminosité de la lune dans le ciel entre 20h et 0h, hiver 2021-2022

Présence et luminosité de la lune dans le ciel entre 20h et 0h, hiver 2021-2022

Présence et luminosité de la lune dans le ciel entre 20h et 0h, hiver 2022-2023

Présence et luminosité de la lune dans le ciel entre 20h et 0h, hiver 2022-2023

Et le cycle du soleil dans tout ça ?

Puisque le soleil est la source de nos aurores, parlons un peu de lui. L'une de ses caractéristiques est son cycle de 11 ans. Tous les 11 ans, l'activité solaire est au plus bas pendant plus ou moins 1 an, le soleil est "calme" et peu de tâches solaires apparaissent à sa surface.
Les éruptions solaires dépendent de cette activité. Si la fréquence de ces éruptions est réduite, le nombre d'aurores également. Elles apparaissent, mais beaucoup moins souvent, surtout à de plus basses latitudes. Dans les zones idéales (voir la page "Où voir des aurores boréales") les aurores sont malgré tout régulières.

Taches solaires dès 13 dernières années - Sources : SILSO image/data, Royal Observatory of Belgium, Brussels

Taches solaires des 13 dernières années - Sources : SILSO image/data, Royal Observatory of Belgium, Brussels

L'avant dernier creux était en 2008. Pour la première fois depuis que le soleil est surveillé par les scientifiques, cette période de "minimum solaire" a anormalement duré 1 année de plus.

L'hiver 2013/2014 était en théorie le pic du cycle précédent. Et pourtant l'hiver 2014/2015 a été particulièrement actif. La nuit du 17 mars 2015 fut d'ailleurs très verte (et violette !) puisque nous avons reçu sur terre la plus grosse éjection de masse coronale depuis 10 ans (puis battu en septembre 2017). Durant cette nuit, des aurores furent visibles jusqu'au nord de la France (difficilement à l'oeil nu, mais sans problème en pose longue avec un appareil photo). Céline et moi étions à cette période en Laponie, vous pouvez voir plusieurs photos de cette nuit là sur le site.

Taches solaires depuis 62 ans - Sources : SILSO image/data, Royal Observatory of Belgium, Brussels

Taches solaires depuis 62 ans - Sources : SILSO image/data, Royal Observatory of Belgium, Brussels

Taches solaires - Sources : SILSO image/data, Royal Observatory of Belgium, Brussels

Taches solaires - Sources : SILSO image/data, Royal Observatory of Belgium, Brussels

Quand arrive la neige en Laponie ?

La neige n'a bien entendu aucun impact sur l'apparition des aurores, mais vous aurez sûrement envie d'aller en Laponie pendant l'hiver et de voir les paysages bien blancs. C'est au nord de la Finlande et au plus haut de la Suède qu'arrivent (normalement) les premières neiges de l'année, fin septembre/courant octobre. C'est fin novembre/début décembre que, normalement, tout est bien blanc et les lacs suffisamment gelés (se renseigner auprès des locaux pour connaitre la situation et les zones dangereuses à éviter). C'est également dans cette région qu'il y a le plus de neige tout au long de l'hiver.

Puis, elle fond principalement en mai dans le nord de la Laponie, plus tôt plus au sud.

 

◄ Page précédente : Où voir les aurores polaires ? Page suivante : Comment chasser les aurores boréales ?

Un peu de lecture

© WWW.AURORA-MANIACS.COM