Principes photographiques

Ces quelques pages n'ont pas la prétention de vous former à la photographie. En revanche, j'essaie de vous apporter un maximum d'informations vous permettant de ramener les plus belles photos et souvenirs possibles de votre voyage. Quelques notions sont sûrement nécessaires pour bien comprendre ces quelques pages.

Je simplifie volontairement en vulgarisant les différentes parties traitées ici. Si nécessaire, vous trouverez facilement sur internet tout ce qu'il faut pour aller plus loin.

Après lecture des explications ci-dessous, essayez cet outil en ligne qui permet de visuellement se rendre compte de l'impact des réglages : www.exposuretool.com

Diaphragme

Le diaphragme est placé dans l'objectif et permet de contrôler le "débit" de lumière. On le règle en modifiant le paramètre "ouverture" (voir plus bas). Il est composé de lamelles. Quand la photo est prise, le diaphragme se ferme à la valeur choisie, la lumière passe ) travers l'orifice formé.

Obturateur

L'obturateur est placé dans l'appareil photo entre l'objectif et le capteur. Il permet de contrôler la durée pendant laquelle la lumière passe et frappe le capteur, et donc, comme pour le diaphragme, de contrôler la quantité de lumière utile pour former la photo. On le règle en modifiant le paramètre "vitesse" (voir plus bas). Quand la photo est prise, les lamelles formant le rideau remontent et découvrent le capteur pendant la durée réglée.

Ouverture

L'ouverture permet de contrôler, via le diaphragme, la quantité de lumière passant à travers l'objectif. Lors de la prise de vue, la taille du trou formé par les lamelles du diaphragme définit la quantité de lumière à laisser passer. Cet orifice a également un impact sur la profondeur de champ (voir plus bas).

Son unité est f/x où X est la valeur.

En augmentant la valeur (f/5.6 > f/8 par exemple), le diaphragme va se fermer, l'orifice va se réduire ainsi que la quantité de lumière le traversant. Le maximum étant la limite physique de chaque objectif. La profondeur de champ va augmenter.

Si la lumière est insuffisante, il est nécessaire "d'ouvrir le diaphragme". Il faut donc abaisser la valeur (f/8 > f/2.8 par exemple), le maximum étant la limite physique de chaque objectif. En ouvrant, la profondeur de champ se réduit.

Vitesse

La vitesse (ou temps d'obturation), permet de contrôler, via l'obturateur, la quantité de lumière en modifiant la durée d'exposition du capteur par la lumière de la scène photographiée.

Sur la très grande majorité des appareils, la plage de valeurs va de 1/4 000e de seconde à 30 secondes.

Utiliser une vitesse élevée (ou rapide), c'est à dire un temps d'obturation court (1/2000e de seconde par exemple) permet la plupart du temps de figer un objet en mouvement ou la scène complète si l'appareil photo bouge, et permet de réduire la quantité de lumière.

A l'inverse, utiliser une vitesse lente, c'est à dire un temps d'obturation long (plusieurs secondes par exemple) permet de capter plus de lumière en augmentant la durée d'ouverture de l'obturateur.

Voir la section "Mode Bulb" de la page "Quel matériel pour photographier des aurores boréales ?".

Capteur

Le capteur est un composant électronique photosensible recevant la lumière et la transformant en signaux informatiques. Ces derniers sont enregistrés dans un fichier pour former une photo numérique.

Placé face à la scène à photographier, il est découvert quand l'obturateur s'ouvre.

Sensibilité

La sensibilité d'un capteur est la capacité de capter la lumière en fonction du niveau de luminosité. En augmentant sa valeur, elle permet de contrôler artificiellement la quantité de lumière capturée. Artificiellement car la quantité de lumière exposant le capteur ne change pas, mais le signal généré est amplifié. Cette amplification du peu de lumière reçu fait ressortir les défauts. La qualité de l'image est donc dégradée.

Son échelle est l'ISO, de l'organisation internationale de normalisation. L'unité est ISO XXX, où est X est la valeur.

Voir la section "Evolution technique - capteur et sensibilité" de la page "Quel matériel pour photographier des aurores boréales ?".

Focale

La focale est l'angle de vue utilisé. Sur certains objectifs, l'angle de vue est fixe. Sur d'autres, l'angle est variable.

L'unité est le "mm".

Il est considéré qu'un grand angle équivaut à 28mm. Plus la valeur descend, plus l'angle de vue s'élargit, plus on se rapproche d'un très grand angle.

Il est considéré qu'une longue focale commence à 100mm. En augmentant la focale (réduction de l'angle de vue), la photo se resserre sur un élément éloigné. Par abus de langage, on dit "zoomer".

Profondeur de champ

La profondeur de champ est la zone dans laquelle tout ce qui s'y trouve est net. Tout ce qui est en dehors sera flou. Plus chaque objet est loin de cette zone de netteté, plus il sera flou.

Cette zone est parallèle au capteur.

La profondeur de champ dépend de 3 principaux facteurs :

  • l'ouverture : plus le diaphragme est ouvert, plus la profondeur de champ est réduite
  • la focale : plus la focale est longue, plus la profondeur de champ est réduite
  • la distance de mise au point : plus la zone de mise au point est proche de l'appareil, plus la profondeur de champ est réduite

Retrouvez ici 2 simulateurs de profondeur de champs (en anglais). Ils permettent de jouer avec les différents paramètres dont les 3 principaux dont je vous ai parlé.

 

© WWW.AURORA-MANIACS.COM